FSU Nord
Fédération Syndicale Unitaire Section Départementale Nord

Fédération Syndicale Unitaire
Section Départementale Nord
Bourse du travail
276 boulevard de l’Usine
59800 Lille

Déclaration FSU au CTA du 6 novembre 2014
logo imprimer

A moins d’un mois de la fin de la campagne des élections professionnelles, nous constatons des dysfonctionnements qui ne peuvent que nous conforter dans notre demande d’un retour à un vote papier (vote papier qui n’a pas été abandonné ailleurs) :

- retard dans l’affichage des professions de foi et des listes
- certaines d’entre elles sont illisibles, rendant la campagne électorale virtuelle encore moins visible
- des électeurs n’ont toujours pas reçu de retours de mails après s’être connectés dans l’espace électeur
- la communication électronique connaît des ratés : nous avons été des centaines de milliers à recevoir un courriel d’une collègue de Lyon demandant à être désabonnée

Bref, tout est fait pour décourager les votants potentiels et minorer encore davantage la participation des personnels de l’Education nationale et donc leur poids au sein de la Fonction publique.

La FSU demande qu’un bilan soit dressé à la fin des opérations électorales et que des mesures soient prises pour rétablir un vote papier et des conditions permettant l’expression démocratique la plus large possible.

L’autre actualité nous concernant est le vote du budget et notamment du volet recettes.

Le Monde a révélé ce jour le tour de passe – passe opéré pour cacher que les 60 000 postes supplémentaires promis se chiffrent en réalité à moins de 4 000.

Le choix de l’austérité au nom d’une meilleure « compétitivité » et de la diminution de la dette publique est maintenu alors qu’il a prouvé son inefficacité et conduit même à une dégradation d’une situation pourtant déjà dramatique.
Si la priorité est donnée à 3 secteurs (Éducation, sécurité et justice), cette priorité se fait au détriment des autres secteurs puisque le budget 2015 pose une diminution globale de l’emploi public alors que les services publics restent un levier irremplaçable pour faire face tant aux besoins de la société (éducation et formation, santé, adaptation de la société au vieillissement, culture, accès à l’énergie…) qu’aux mutations industrielles, écologiques et économiques.

La priorité accordée à l’Education se traduit par l’augmentation de 2,4% de son budget, mais il s’agit d’un leurre dans la mesure où elle intègre le montant des pensions (qui augmentent en nombre de bénéficiaires et pas en montant). Ces 2,4 % restent donc très insuffisants face aux défis à relever : hausse démographique, crise du recrutement, revalorisation salariale indispensable pour mettre fin à cette crise de recrutement.
Pour la FSU, l’annonce de la poursuite du gel jusqu’en 2017 est inadmissible, il faut une autre politique économique et sociale, donc inverser la logique budgétaire, faute de quoi l’addition sera très lourde à payer. La situation à l’ESPE en est un exemple : faute de moyens, la formation individualisée annoncée n’a pas lieu, provoquant incompréhension et colère chez les stagiaires obligés de venir assister à des cours ne correspondant pas à leurs besoins actuels ou à venir.
La seule réponse qu’ils obtiennent de certains de leurs formateurs est la menace d’un retrait d’1/30 ou le chantage à la validation, les autres formateurs étant dans le même désarroi qu’eux. En quelques semaines d’existence, l’ESPE est en passe de faire pire que les IUFM.



pucePlan du site puceContact puceMentions légales puceEspace rédacteurs puce



2013-2018 © FSU Nord - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.85.11